Sélection de langue: Greek Version English Version German Version - Under Construction French Version
 
 


ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ

LES PARTIES DU MUSÉE

Totalement le musée se compose de quatre parties différentes dont chacune a un aspect caractéristique et particulier.

Première Partie

Dans la première partie on peut voir les vitrines décorées avec des ouvrages de main d’œuvre crétois et on peut admirer:

ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΛΑΪΚΩΝ ΤΕΧΝΩΝ

  • Les broderies et les tissages d’ornement décorent toute la pièce et représentent la capacité et le talent des femmes crétoises.
  • On peut voir aussi le costume traditionnel de Crète avec ses riches ornements et sa couture particulière qui excelle le torse puissant des hommes crétois.
  • Les œuvres de gravure sur bois lesquelles sont faites avec l’amour et le désir pour le bois et la création artistique.
  • Les objets ecclésiastiques qui sont sculptés à la main et représentent des histoires des passions du Christ et d’autres symboles de l’église.
  • Les armes crétoises et les fusils utilisés pendant la première guerre mondiale exprimant le passé historique et l’ héroïsme des crétois qui affrontaient toujours l’ennemi sans jamais perdre le courage et l’espoir pour la liberté.
  • Les objets en verre et les petites bouteilles à parfum qui soulignent la capacité des crétois pour les formes d’art plus spécialisées.
  • Les sonnailles des moutons et des chèvres comme aussi d’autres objets en cuivre qui dénotent la relation des crétois avec la richesse fossile de l’île et l’imagination créative et l’ habilité qui représentent des objets d’usage quotidien etc.

Deuxième Partie

Le visiteur de la deuxième salle du musée peut faire connaissance avec les traits caractéristiques d’une maison typiquement crétoise dont les parties principales sont:

ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ ΑΙΘΟΥΣΑ ΠΑΡΑΔΟΣΙΑΚΟΥ ΣΠΙΤΙΟΥ

  • La chambre à coucher avec les ornements décorés du lit et les bandes tissées avec des représentations typiques du paysage crétois.
  • La cuisine avec le foyer, les objets ménagers et la présentation de la femme paysanne laquelle crée avec son imagination des broderies et d’autres trousseaux.
  • Le salon crétois avec le miroir impressionnant et l’habilité incomparable du ciseleur qui donne une particularité à chaque meuble.
  • Et finalement, le métier a tisser, indispensable à chaque ménage. La fille de la famille y préparait avec une ardeur caractéristique son trousseau, comme aussi la lingerie de la maison et d’autres tissus. Pour les manufacturer elle utilisait des produits purs et authentiques, comme par exemple, la laine des moutons. Les chef d œuvre qu’on fabrique au métier à tisser s’utilisent pour décorer les murs de la maison, les lits et le sol pour donner l’air du superbe crétois à chaque ménage.

Troisième partie

A la troisième salle , le visiteur du musée peut contempler la simplicité des métiers agricoles et l’ingéniosité des paysans et la frugalité de leur vie.

ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ
ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ ΑΙΘΟΥΣΑ ΕΠΑΓΓΕΛΜΑΤΩΝ

  • En commençant par le sellier, on constate la créativité des agriculteurs afin de faciliter leur travail. Les bats s’étaient utilisés par le cavalier pour s’asseoir ou pour fixer des charges.
  • L’agriculteur labourait les champs et les préparait pour des cultivations diverses. Les instruments de son travail étaient : le joug, la charrue, le soc, etc. Le métier principal des Crétois est la culture de l’olivier et de la vigne pour en prendre l’ huile, le vin et les raisins. Ils cultivent aussi des orangers, des caroubiers, des plantes et des herbes aromatiques et pharmaceutiques : artichaut, houx, sauge, amarante, anis, citronnier, aubergine, céleri, menthe, pécher, myrte, chèvrefeuille, fenouil, menthe verte, basilic, peuplier, lavande, origan, thym, camomille, concombre, pourpier, ortie, etc. On cultive aussi des produits maraîchers prématurés. Le sol de Crête est en général fertile et ses produits sont fameux pour leur qualité et leur saveur. Les produits principaux sont l’huile, les oranges, les marrons, les cerises, les amandes, les noix et les raisins. L’agriculteur a un caractère calme puisque chaque jour il est en contact avec la nature laquelle le rajeunit et lui donne de l’énergie, loin du bruit, des dangers et de l’environnement pollué de la ville. En plus il a la possibilité de goûter la splendeur de la nature et de produire des fruits qui offrent la santé et la beauté aux hommes.
  • Le forgeron qui travaillait le métal à l’aide du feu pour faire des ustensiles de ménage et des instruments pour l’agriculteur. Outils principaux du forgeron sont : la bigorne, les marteaux, le cabestan à bras, etc. Les produits du forgeron sont le plus souvent les pics, les haches, les scies, les fers à cheval, les clés, etc.
  • Le chaudronnier était l’artisan des falots et des lanternes. Il fabriquait aussi des lampions et des veilleuses, des cornets, des braseros, etc.
  • Le vannier en utilisant des fouets d’olivier sauvage, de myrte etc., fabriquait des corbeilles et des paniers pour plusieurs usages. Les hottes servaient a la femme de ménage pour y mettre le linge et a l’agriculteur pour y mettre les raisins ou les olives, etc.
  • Le charpentier avec sa maestria réussissait a utiliser le bois pour faire des meubles ou la boiserie de la maison et aussi d’autres outils. Les ustensiles qu’il utilisait étaient le racloir, le ciseau, la gouge, les tournevis, etc..
  • Le potier en utilisant l’argile et le tour produisait des pots, des cruches, des jarres, de la vaisselle, etc. La maîtrise de l’artisan donnait des chefs d œuvre qu’on peut utiliser jusqu'à nos jours pour entreposer du vin ou de l’huile. Le travail de la poterie se fait surtout en été. Pendant la saison beaucoup d’artisans en faisant des groupes de guildes se déplaçaient pour fabriquer leur pots. Les groupes se composaient par : celui qui trouvait la terre à l’argile, et la préparait pour le travail , celui qui était responsable du fourneau, celui qui portait l’argile et le comburant et par celui qui travaillait le tour et fabriquait les pots. Le responsable qui organisait tout le travail était surtout le potier qui choisissait ses camarades et surveillait la production. Il avait son assistant qui fabriquait les petits pots ou finissait les autres.
  • Le tonnelier faisait des barils pour le stockage du vin et le bois principal qu’il utilisait était la chaîne. Avec le bois on faisait des planches qu’on arrivait à les cambrer à l’aide du feu, en leur donnant une forme ronde. Pour lier les planches on les entourait d’un cerceau et à la fin on fixait le couvercle.
  • LES PARTIES ÉXTERIEURES

  • Les parties extérieures du musée sont:

    • La maison du pâtre (on l’appelle mitato) : on l’utilisait pour faire la fromagerie ou pour y demeurer et pour s’abriter du froid et de la neige pendant l’hiver. La maison du bouvier se construit exclusivement en pierre sans le supplément de sable ou de ciment. Les pierres sont plus grosses en bas et deviennent peu à peu, en allant au sommet, moins épaisses. Le constructeur en donne une déclination en dehors de façon d’éviter la pénétration de l’eau. La forme est ronde et la position des pierres et telle qui ne permet pas à l’eau de la pluie y pénétrer. Le « mitato » a à l’extérieur le schéma d’ un cône sans pointe. Q l’intérieur ce cône forme une coupole dont le sommet a une prise d’air de diamètre de 60cm qui s’utilise comme une cheminée et pour faire passer l’air et la lumière. Le bouvier utilise d’habitude deux “mitato”. Celle pour y loger et celle pour tenir la fromagerie jusqu’à ce qu’elle vienne en maturité. Dans la pièce unique il y a la place du repos le foyer et une autre côté pour la préparation du fromage. La capacité est pour 10-15 personnes .
    • A l’environnement extérieur on trouve une petite cour avec un refectoire en pierre.
    • Juste à côté il y a une étable où se groupent les moutons et les chèvres pour la mulsion. Les bergers trairent pour prendre le lait. La construction de l’étable est pareille à celle de « mitato ». On n’utilise autre matériel que la pierre.
    • La fontaine du village était une condition préalable pour que les habitants puissent obtenir de l’eau fraîche. La fontaine était aussi le lieu de rencontre des jeunes filles qui allaient avec leur cruche pour prendre de l’eau.
    • L’alambic : était le lieu de l’élaboration des raisins afin de produire l’eau-de-vie. On mettait les restes des raisins dans la marmite et on les faisait bouillir à l’aide du feu des bois. Au sommet de la marmite on mettait le couvercle. Les vapeurs se ramassaient au couvercle et en suite passaient par une tube placée dans un baquet plein d’eau et se liquéfiaient en gouttes d’eau-de-vie. Le produit de la première distillation est très fort et on l’utilise pour des causes thérapeutiques.

      Pendant le mois d’août on fait la vendange. La récolte des raisins par les vignes. Des hommes, des femmes et des enfants se rependent pleins de joie pour ramasser dans leurs corbeilles (appelés « tsigaki ») les raisins de l’année. Après la coupure ils séparent les grappes pour les raisins secs et les autres pour la production du vin et de l’eau-de-vie. Les raisins qu’on réserve pour la distillation on les écrase premièrement dans la cuve pour en prendre le mout. Après l’écrasement on conserve les restes dans des jarres pendant un mois environ, de façon que l’air ne pénètre pas pour que la fermentation s’effectue. Après l’ accomplissement on commence la procédure de la distillation.
    • L’aire d’une grange est le lieu final des parties de l’extérieur du Musée Rural des Arts et des Traditions populaires. C’est la place où on mettait les épis après la moisson pour battre le blé à l’aide d’un instrument nommé “volossiros”. L’aire a aussi une construction ronde et on la rencontrait à côté des champs.

ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ
ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ ΕΞΩΤΕΡΙΚΑ ΜΕΡΗ